Une premiere partie deja oubliee, puis le duo de l'Ohio s'est produit pendant a peine une petite heure. Le son est gras, rugueux et plombe comme d'habitude, Patrick Carney tape comme une brute sur sa batterie, Dan Auerbach s'amuse avec sa guitare. Le Trabendo est petit et chaleureux, le tout tient plutot la route. Mais franchement, une heure... de qui se moque-t-on? Il n'y a rien de plus a dire.

Lire la critique complète