J'ai achete The Runners Four un peu par hasard - suite a une chronique lue sur le web -, l'ai recu quelques jours plus tard, l'ai mis dans la platine, ne suis pas arrive jusqu'au bout, et l'ai range. Ce qu'il faut bien voir (ou plutot entendre), c'est que cette petite galette est une des rares que j'ai pu ecouter a laquelle je peux decerner le label "curieux", facon polie de dire "musique pour malade" et ce n'est qu'au bout de plusieurs mois que je suis parvenu a la terminer (quand on paie on fait un effort...).

Car il faut bien l'admettre, de prime abord, ce disque ne ressemble a rien : 20 chansons d'environ 2minutes 30, au milieu desquelles se trouvent au moins 3 ou 4 changements de rythme (je recommande la rejouissante Running Thoughts), une guitare sursaturee et "accordee" a la Sonic Youth jouant les Pixies (toutes les chansons), de temps en temps un fond de clavier, et la voix acidulee et hallucinee d'une japonaise a l'accent interessant qui ne deparerait pas le meilleur de la J-pop (Vivid Cheek Love Song ou la delirante Spirit Ditties Of No Tone amusante et rose pastel en meme temps). Je n'ai pas encore mentionne les flirts (parfois lointain certes mais c'est bien la) avec le jazz (Twin Killers), le blues tres electrique (Siriustar) ou le speed metal (You're Our Two ). Comme si ce n'etait pas assez, au milieu de tout ca surgissent de vraies chansons pop -certes bourrees d'ecstasy-(la rejouissante O'Malley, Former Underdog ou l'excellente Wrong Time Capsule), des ballades morbides (Bone Dry), et les inevitables craquages complets, comme la minute de quasi experimentation suivie d'une minute de n'importe quoi musical qui constituent la totalite de Midnight Bicycle Mystery .

Une fois tout ceci digere, l'album tout entier est un veritable bonheur : on se prend a sourire piste apres piste, sourire cause autant par la bonne humeur acidulee et psychedelique qui emane des chansons que par le plaisir que l'on a se laisser surprendre par les 2381 changements de genres et de rythmes qui s'y trouvent.

Conclusion : Voila qui est bel et bon, riche et amusant, mais s'avere couteux a encaisser. Quoiqu'il en soit, le jeu en vaut largement la chandelle.